• Collectif

Bien organiser le temps des devoirs scolaires

Mis à jour : avr. 2

Chloé Stéphanovitch (Psychologue-neuropsychologue)

Centre Référent des Troubles des Apprentissages / Unité Petite Enfance CMP


Pour réaliser les devoirs dans un climat serein, il est nécessaire d’aider l’enfant à s’organiser et de lui laisser le choix de certains aspects afin qu’il se rende « acteur » de son travail. Pour cela, il suffit de respecter ces quelques règles, simples et rapides à mettre en place.

1. Espace de travail

Il est important de bien différencier les espaces de travail des espaces de jeux. Choisir avec l’enfant un endroit dédié aux devoirs et l’organiser en fonction, afin que cet espace soit pratique et propice au travail.

Ranger le matériel scolaire à proximité.

Eviter les distracteurs (écrans et jeux ne doivent pas être accessibles ni visibles).


2. Temps de travail

Organisation : Chaque semaine, créer un planning d’activités comprenant les temps de travail, puis systématiquement rappeler à l’enfant le temps des devoirs quelques minutes avant.

Lorsqu’il est l’heure, demander à l’enfant qu’il vous énumère à voix haute les devoirs qu’il a à faire, l’interroger sur le matériel dont il a besoin et l’encourager à le sortir.

Le rendre acteur : lui demander par quoi il veut commencer, ce qu’il pense qui lui prendra le plus de temps, ce qu’il estime être le plus facile, ce qu’il préfère faire…


3. Favoriser la concentration

Il est évident qu’il faut réduire les distracteurs, notamment les écrans, les jeux… mais il faut aussi en laisser quelques-uns !

En effet, certains enfants ont besoin de manipuler un objet (stylo, balle anti-stress…), de bouger sur leur chaise, d’agiter leurs jambes, de mettre un fond sonore… ceci n’est pas forcément un frein à la concentration, au contraire. Faites l’essai avec votre enfant, laissez-le s’agiter et voyez si cela a un impact positif sur sa concentration et son efficacité.


4. Gérer le temps

Organisation : Notre temps de concentration optimal, que ce soit pour un adulte ou un enfant, est de 20 minutes. Organisez le temps des devoirs ainsi : 20min de travail / 5min de pause / 20 min de travail / et ainsi de suite, jusqu’à ce que les devoirs soient finis.

Le rendre acteur : Avant chaque leçon, demander à l’enfant d’évaluer le temps dont il estime avoir besoin. C’est un exercice très difficile pour un enfant, le rapport au temps n’étant pas le même que celui d’un adulte. Laissez-le se tromper, chronométrez-le, et à la fin, demandez-lui de s’évaluer : cela correspond au temps annoncé ?

Par ailleurs, la mise en place d’un « Time Timer » / sablier / chronomètre, peut également aider les enfants qui ont du mal à se mettre au travail, ceux qui ont tendance à rêvasser ou encore ceux qui sont sensibles aux défis.


Repère : au primaire, les devoirs durent entre 30 et 45minutes, au collège, entre

45minutes et 1h15, au lycée, entre 1h15 et 2h.


5. Aider à la compréhension des consignes


Organisation : Posez systématiquement ces 3 questions à l’enfant :

- Combien de choses on te demande ?

- Dans quel ordre dois-tu les faire ?

- Est-ce que tu sais faire ?

Exemple : Repérer les verbes et les entourer en rouge, puis transformez tous les verbes au futur simple.

- Combien de choses on te demande ?

2, entourer les verbes puis mettre au futur simple

- Dans quel ordre ?

Je dois déjà repérer les verbes pour ensuite les mettre au futur

- Est-ce que tu sais faire ?

Je sais repérer les verbes, mais je ne me rappelle plus de ma leçon sur le futur. Je relis ma leçon avant de faire l’exercice.


Le rendre acteur : demandez à l’enfant ce qu’il doit faire (pour vérifier qu’il a bien compris), si besoin le faire reformuler avec ses mots. Pour répondre aux trois questions ci-dessus, encouragez l’enfant à passer par le visuel, la couleur : par exemple, souligner de couleur différente les étapes de la consigne, numéroter l’ordre.





Encourager l’enfant à faire ce travail l’oblige à lire les consignes jusqu’au bout, à découper une séquence longue en sous-étapes. Cela l’amène également à s’approprier la consigne et à mettre en place des stratégies de travail efficaces dès le début.



6. Mémoriser grâce à toutes les possibilités d’apprentissage


- Apprentissage par l’auditif : l’enfant lit la leçon à voix haute, et la récite également à voix haute (s’il lit dans sa tête, le canal auditif n’est pas activé). Il peut aussi apprendre la leçon sur un air musical (comme pour l’apprentissage de l’alphabet par exemple). Il peut enregistrer sa leçon sur un dictaphone et l’écouter plusieurs fois.

- Apprentissage par le mouvement : laissez l’enfant apprendre en bougeant (en s’agitant, en manipulant un stylo, en se balançant sur sa chaise, en marchant…) cela permet d’associer un mouvement du corps à ce que l’on est en train d’apprendre, la rétention des informations se fait alors plus efficacement.

- Apprentissage par le visuel : il est difficile d’apprendre un polycopié écrit noir sur blanc sans aucun relief. Pour s’approprier la leçon, encourager l’enfant à la remanier pour qu’elle soit à son image : passer par l’écrit, mettre des couleurs, attirer l’attention sur les phrases-clefs, les notions importantes, faire des schémas, dessiner, et, pour les plus grands, faire des fiches synthétiques.


Exemple schéma :



7. Valoriser l’enfant et l’amener à porter un jugement sur lui-même


Même lorsque l’enfant n’a pas réussi les exercices correctement, il est important de le valoriser, le féliciter, lui faire compliment (sur son attitude par exemple). Ainsi, il n’associera pas le temps des devoirs à la réussite, mais à un moment de travail agréable et valorisant pour lui. Cela permet aussi d’abaisser le niveau de stress que certains enfants peuvent ressentir par rapport à la performance scolaire.

Exemple de valorisation : attitude calme – écoute attentive – mise au travail rapide – matériel sorti – pas d’opposition…

Le rendre acteur : Demander à l’enfant de trouver un point positif sur la session travail du jour. Cela solidifie la confiance en soi, favorise l’identification de ses ressentis et permet de ne pas focaliser sur la simple réussite académique (point important notamment lorsque l’enfant rencontre des difficultés scolaires).

Il est possible de verbaliser, dessiner, écrire… le point positif du jour.



8. Faire face au refus


Si votre enfant a tendance à ne pas vouloir se mettre au travail, à s’opposer, à éviter le temps des devoirs… il est possible de mettre en place un système de récompense / privilège, mais pas n’importe comment !

Organisation : Avant la session de travail, informer l’enfant qu’il aura le droit à une récompense / un privilège s’il respecte les objectifs fixés. Si l’enfant ne respecte pas les objectifs, ne pas lui donner la récompense prévue, mais ne pas le sanctionner par ailleurs.

Le rendre acteur : choisir avec lui les objectifs (1 pour les petits, 2 ou 3 pour les plus grands) ainsi que la récompense / le privilège.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter ce document complet :

http://ekladata.com/Skm1ynw0SLWRY2FzLOOBcVjRZZI/Systeme-d-economie-jetons.pdf



9. Renforcer les notions abordées


Pour consolider les apprentissages et montrer l’intérêt des notions abordées, réutiliser-les dans la vie du quotidien et lors des jeux :


Quelques exemples :

- lors de la préparation de repas (convertir les mesures d’une recette)

- au moment des courses (prévoir un budget et le respecter)

- lecture de plan (se repérer sur un plan et prévoir un itinéraire)

- faire des liens avec des films ou dessins animés (situer le continent sur lequel Simba vit, identifier les animaux mammifères ou non d’un dessin animé…)

- vous pouvez également avoir recours à de nombreux jeux éducatifs

48 Boulevard Serurier, 75019  Paris

©2020 par Dr Benjamin Landman. Service de pédopsychiatrie, CHU Robert Debré.