• Collectif

Gérer les auto-stimulations de votre enfant autiste et/ou avec déficit intellectuel en confinement ?

Sophie Kerebel, neuropsychologue; Cécile Testud, éducatrice spécialisée, Dr Anita Beggiato, Dr Valérie Vantalon, pédopsychiatres

Les Auto-stimulations : De Quoi S’agit-Il ?

# Ces sont des comportements qui consistent à se procurer des sensations par l'intermédiaire de différents canaux sensoriels (visuel, auditif, tactile, gustatif, vestibulaire).

# Les auto-stimulations sont naturellement présentes chez toute personne, enfant comme adulte, avec ou sans trouble neuro-développemental ou sensoriel.

# Ces comportements peuvent prendre plusieurs formes en voici quelques exemples non exhaustifs d’auto-stimulations.




# Les autostimulations dans les Troubles du Spectre Autistique (TSA) peuvent être plus fréquentes ou plus intenses et avoir lieu à des moments inappropriés. Elles sont parfois un frein à l’interaction, à la compréhension de l'environnement et à la manipulation conventionnelle des objets et jouets.


Pourquoi Mon Enfant A Plus Recours Aux Autostimulations Durant Le Confinement ?


# Les autostimulations peuvent avoir une fin en soi :

- Pour s’occuper. Par exemple : Il regarde la télévision ou le téléphone portable, Il fait tourner un objet devant les yeux

- Pour gérer son stress. Par exemple : Il se ronge les ongles, Il se mord la main ou se balance d’avant en arrière


# Parfois les autostimulations cachent d’autres fonctions :

- Pour attirer l’attention de l’entourage

o Il chante à tue-tête

o Il a des comportements négatifs, des mises en dangers comme monter sur un meuble et sauter

- Pour échapper aux contraintes qu’on essaie de lui imposer (les contraintes peuvent être : une consigne, une sensation sensorielle désagréable, avoir une interaction, etc.)

o Mon enfant peut réagir à ma demande par des autostimulations qui me dérangent (cris, échappement physique, automutilations), je ne maintiens alors plus la consigne, il y échappe.

- Pour obtenir l'accès à une activité

o Mon enfant peut manifester des autostimulations dans le cas où il a intégré que à chaque fois qu’il les réalise, je lui propose une activité alternative aux autostimulations afin de les faire cesser et d’apaiser l’ambiance. Il comprend ainsi que, pour obtenir une certaine activité, il doit s’autostimuler.

Le Besoin D’autostimulation : Une Soupape Nécessaire et Supplémentaire durant cette Période !

# Mon enfant peut s’auto-stimuler plus fréquemment pendant le confinement : Les enfants avec TSA utilisent ces autostimulations pour s’occuper, se détendre, se procurer un plaisir. Avec le confinement, ils ont souvent perdu leurs activités quotidiennes (l’accueil à l’école, les prises en charges, les loisirs, etc.) et ne savent pas toujours comment s’occuper par ’eux-mêmes, en dehors des autostimulations.

# Le confinement étant générateur de stress, il est important que je me montre plus souple et généreux pour lui permettre d’avoir accès à ses autostimulations.

# Si je constate un plus grand nombre d’autostimulations ou l’apparition de nouvelles auto-stimulations pendant le confinement, je dois me poser la question “Pourquoi mon enfant a-t-il besoin de cette autostimulation ?” plutôt que “Comment contrôler et réduire ces comportements ?”

# En cette période particulière, il faut que je tente de distinguer entre eux les comportements :

- Ceux que je peux accepter, qui apaisent mon enfant et n’entravent pas excessivement sa participation par ailleurs

- Ceux plus embêtants, par exemple ceux qui entraînent une atteinte physique telles que les auto-mutilations.

Je structure l’Accès aux Auto-Stimulations

Dans la mesure du possible, je dédie un lieu et un moment spécifiques pour les autostimulations.

# Je peux indiquer les autostimulations dans l’emploi du temps visuel

*consulter :

https://deux-minutes-pour.org/video/faire-un-planning-visuel/

https://www.pedopsydebre.org/post/autismeetcovid19

# Je peux attribuer un lieu réservé aux autostimulations dans la maison, où mon enfant à le droit d’y avoir recours

*consulter :

https://www.pedopsydebre.org/post/autismeetcovid19

# Je peux “fournir” du matériel spécifique pour permettre les autostimulations. Lorsque mon enfant voit que je sors ce matériel, il comprend que je lui laisse accès aux autostimulations (par exemple : je fais couler le bain, je sors les ficelles, etc.)

# Je peux utiliser un minuteur pour que mon enfant comprenne combien de temps il a accès aux autostimulations et sache qu’elles sont limitées dans le temps (et grâce aux emplois du temps, il peut savoir qu’il y aura à nouveau droit plus tard ou le lendemain).

# Je peux alterner de façon régulière des activités d'autostimulation avec d’autres activités (pédagogique, communication, jeu autonome, activité d’autonomie quotidienne)

Si malgré tout, je suis en difficulté, je contacte les professionnel.le.s qui connaissent mon enfant au quotidien (institut, psychomotricien.ne, psychologue, éducateur.rice, ergothérapeute, etc.); ils.elles sauront me donner des conseils plus personnalisés et m’accompagner concrètement.


Pour Aller Plus Loin : Faire Des Autostimulations Un Levier

Je peux essayer d’apporter des variantes aux autostimulations. Ainsi, je peux amener mon enfant à des activités plus fonctionnelles par le biais des autostimulations :

# J’accepte et me joins aux autostimulations de mon enfant (lorsque c’est possible). Je lui fais comprendre que je ne vais pas l’en empêcher :

- Je le regarde faire à une distance acceptable pour lui, de façon bienveillante

J’essaie de comprendre moi-même en quoi l’autostimulation est agréable pour lui en expérimentant moi-même si possible :

- Je peux l’imiter avec mon corps ou du matériel en double (je ne lui retire pas les objets)

# J’introduis une variante pour enrichir. Par exemple :

- J’enfile une perle sur le fil qu’il agite devant les yeux et j’agite à nouveau le fil avec la perle. Si cela lui plait, je lui propose à son tour

- Si mon enfant s’auto-stimule à lancer des objets, je lui propose de lancer dans un récipient (corbeille, bac, etc.) en lui montrant moi-même

- etc.

# Je peux également utiliser les autostimulations comme récompense pour la réalisation d’activités moins intéressantes ou stimulantes pour l’enfant.

- Je peux verbaliser. Par exemple, si mon enfant aime se stimuler en faisant rouler la voiture d’avant en arrière, je peux dire : “Copie le rond et tu auras la voiture”.

- Je peux utiliser un support visuel “maintenant-après


- Je peux utiliser un système de contrat jeton de récompense


*consulter :

https://deux-minutes-pour.org/video/quest-ce-quune-recompense/

https://deux-minutes-pour.org/video/comment-utiliser-une-recompense/

Voire même pour un système à économie de jeton sur plusieurs jours ou sur la semaine :

https://www.pedopsydebre.org/post/motiver-les-changements-durant-le-confinement-le-tableau-à-point-ou-système-d-économie-de-jeton






À ne pas oublier 😊 :

- J'évite de me fixer des objectifs trop élevés

- Je n’hésite pas à solliciter l’équipe soignante de mon enfant, si je suis en difficulté

- Pour en savoir plus :

https://www.pedopsydebre.org/post/autismeetcovid19

48 Boulevard Serurier, 75019  Paris

©2020 par Dr Benjamin Landman. Service de pédopsychiatrie, CHU Robert Debré.