• Collectif

Parents : Comment gérer votre consommation d’alcool durant le confinement ?

Dr E Peyret, Dr F Bange, Dr E Humeau, Dr P Atzori ; Psychiatres & Addictologues – Unité fonctionnelle d’addictologie pédiatrique - Centre d’excellence des troubles du neuro-développement d’Ile de France


Le contexte actuel de confinement dû à l’épidémie du COVID nous impose une réorganisation de notre mode de vie : télétravail, enfants à domicile, mise à distance physiques de nos amis, familles, mise à jour permanente des informations concernant l’évolution des connaissances du COVID19, etc.

Il est normal de ressentir du stress ou de l'anxiété à propos de l’urgence de santé publique actuelle, ce qui a un impact sur nos sentiments, nos pensées et nos comportements. Au fur et à mesure que la distanciation sociale s'installe, la solitude et la dépression peuvent favoriser une plus grande consommation d'alcool. Nous pouvons donc être tentés de boire plus souvent.

En outre vous avez peut-être changé vos habitudes de consommation. Vous organisez avec vos amis ou votre famille des apéritifs en visioconférence chaque soir. Depuis 3 semaines de confinement, vous avez finalement bu chaque soir, et certains soirs beaucoup.

Voici des informations et des outils pratiques qui pourront vous être utiles durant le confinement.


# 1 Prenez conscience de la quantité d’alcool que vous consommez.

Globalement ayez comme idée que les verres tels que l’on vous les sert dans un bar ont tous la même quantité d’alcool.




# 2 Avez-vous une consommation excessive d'alcool durant ce confinement ?

· Pour les hommes, c’est plus de deux verres par jour, soit plus de 14 verres par semaine, en moyenne.

· Pour les femmes, c'est plus d'un verre par jour, soit plus de sept verres par semaine, en moyenne.

· Attention, aux consommations ponctuelles MAIS excessives : Pour les hommes : cinq boissons alcoolisées ou plus en deux heures ; pour les femmes, quatre ou plus en deux heures.

# 3 La consommation excessive d’alcool a des conséquences graves durant le confinement :

· Violences intrafamiliales :

L’alcool est un facteur majeur pour augmenter la violence familiale. Tout particulièrement dans cette période de confinement, le risque de violence à domicile est très important.


Comment agir en cas de violence familiale : Appeler le 3919 ou le 17 ou SMS 114. Vous pouvez également joindre la plateforme de signalement des violences mise en place par le ministère de l’Intérieur pour signaler des violences et bénéficier d’assistance reste disponible sur arretonslesviolences.gouv.fr, 24 heures/24, 7 jours/7.

· Modification de son humeur, sensation de mal être, humeur triste, anxiété

L'impact de la consommation excessive d’alcool est plus important que vous ne l’imaginez. L'alcool contribue au développement de problèmes de santé mentale, notamment la dépression et l'anxiété, et aggrave les difficultés de sommeil. Durant la phase d’ivresse, on peut avoir un sentiment temporaire de bien être mais qui ne dure pas, et qui a très court terme entraine plus de tristesse, plus de stress, plus d’irritabilité et un mauvais sommeil.

· Augmentation des accidents domestiques (chutes, blessures), prise de poids, fatigue physique

L’expérience anglaise du Dry January (défi collectif de ne pas boire pendant un mois) a permis aux chercheurs de bien évaluer les effets bénéfiques de l’arrêt de l’alcool sur des consommateurs peu réguliers et peu excessifs. Rester sans boire durant un mois entraine une perte de poids, une sensation de bien-être physique retrouvé.

· Levée de l’inhibition – perte de la maitrise de soi : Durant le confinement où vous êtes déjà très tendu, cela peut entrainer une perte de maitrise de soi. De ce fait, vous parlez plus fort, vous pouvez dire plus de gros mots, menacer ou faire peur à vos enfants. Prenez conscience que cette perte de contrôle de soi, avec l’impression que la violence vous submerge, est en lien avec une prise excessive d’alcool. Cette perte de contrôle de soi est un mécanisme très directement lié à la prise d’alcool. Et durant le confinement tout est plus difficile à gérer. Dans cette période, un geste violent malencontreux peut blesser gravement votre enfant.

· Dérégulation du sommeil – Impact négatif sur le sommeil à court terme. Lors de l’ivresse aigue, l’alcool vous endort mais d’un sommeil plus agité et peu réparateur. MAIS attention à l’effet rebond+++ l’alcool entraine rapidement des difficultés d’endormissement (sauf à augmenter la consommation d’alcool), des fréquents réveils et une fatigue persistante dans la journée. À un moment où le stress et de nouvelles routines peuvent eux-mêmes affecter les habitudes de sommeil, il est d’autant plus important de se rappeler que la consommation d'alcool aura un impact négatif sur la qualité de votre sommeil.

· L’alcool diminue l’efficacité de votre système immunitaire

Des études ont montré une association claire entre une consommation excessive d'alcool et un système immunitaire affaibli, en particulier en ce qui concerne la sensibilité d'une personne aux complications pulmonaires. L'abus d'alcool peut également entraîner divers problèmes avec votre système cardiopulmonaire (le cœur et les poumons). Notre corps doit fonctionner à son plus haut niveau afin de combattre les symptômes du COVID-19 et en réduire les dommages potentiels.

# 4 Conseils pratiques pour boire (ou pas !) en pleine conscience durant le confinement

· Retirez l'alcool de votre liste de courses pour l'instant

· Essayez des recettes de cocktails sans alcool https://dryjanuary.fr/recettes-cocktail-sans-alcool/. Pensez à beaucoup d'alternatives sans alcool dans la maison.

· Garder les options de boissons sans alcool visibles et l'alcool hors de vue. Ceci montre à nos enfants que l'alcool n'est pas nécessaire pour se détendre.


En tant qu'influence numéro un de l'enfant, les parents ont un rôle actif et primordial à jouer dans la formation d'attitudes conscientes et sobres envers l'alcool. Il est très important d'être un modèle positif et de donner l'exemple en ce qui concerne la relation de votre enfant et sa compréhension vis-à-vis de l'alcool. Les enfants apprennent beaucoup en regardant leurs parents. Lorsque les parents entretiennent une relation saine avec l'alcool, ils montrent à leurs enfants comment faire de même.

· Réduisez la taille de votre verre à alcool. Privilégiez un verre plus petit.

· Alternez chaque boisson avec un verre d'eau pour réduire la déshydratation associée à l'alcool. Gardez une cruche à eau à portée de main pour vous faciliter la tâche.

· Terminez un verre avant d'en verser un autre, ce qui facilite le suivi de la quantité que vous buvez réellement au cours de la soirée.

· Brisez les nouvelles habitudes malsaines. Les rendez-vous d’apéro virtuels ou d’apéro au balcon en applaudissant les soignants sont devenus très fréquents et reproduisent les habitudes classiques de socialisation autour de l’alcool. Si votre nouvelle norme est de boire quelques canettes de bière ou de verres de vin pour passer le temps tous les soirs, reconnaissez que cela se produit et prenez une décision consciente de faire autre chose. Rester motivé peut sembler un défi en ce moment, mais il existe de nombreuses façons saines de combler le temps libre. Faire une promenade en respectant l'éloignement physique, rejoignons une séance d'activité physique en ligne ou abordons cette longue liste de tâches en souffrance pour entretenir la maison (nous en avons tous une !).

· Mangez équilibré, dormez un nombre d’heures suffisant, faites du sport chez vous. Si le sport n’est possible, pas de panique. Essayez quelques exercices de yoga ou de relaxation pour arriver le soir plus détendu. Offrez-vous des temps de détentes, avec de la musique au casque. Prévenez votre famille que 2 fois par jour vous avez besoin de 15- 30 min juste pour vous. Cela peut aussi être un bain, une douche. Juste un moment loin du téléphone, de l’ordinateur ou des enfants qui crient.


Liens utiles pour trouver de l’aide : # Alcool-info-service https://www.alcool-info-service.fr Tel : 0980 980 930 (De 8h à 2h, appel non surtaxé) # Alcooliques Anonymes est une association d’entraide pour les personnes qui souhaitent arrêter l’alcool. L’association propose de nombreuses réunions à distance par visioconférence et un numéro d’écoute : 09 69 39 40 20 (appel non surtaxé). Pour en savoir plus et participer aux réunions : https://www.alcooliques-anonymes.fr/nos_reunions/visio-reunions/ # Al-Anon/Alateen est une association d’entraide pour les proches (conjoints, enfants, fratries, amis…) des personnes en difficulté avec l’alcool. L’association propose 2 visuo-réunions par jour. Pour en savoir plus et participer aux réunions : http://al-anon-alateen.fr/visio-reunions/ # Les professionnels de l’Association Nationale de Prévention en alcoologie et Addictologie restent à votre écoute et vous pouvez bénéficier d’entretiens téléphoniques ou vidéo avec l’ensemble de nos équipes (éducateurs, infirmier(e)s, psychologues, médecins) https://www.anpaa.asso.fr/adresses-utiles Pour en savoir plus : https://www.drogues.gouv.fr/actualites/covid-19-tabac-alcool-drogues-risques-precautions https://www.globalhealthnow.org http://www.maad-digital.fr/recherche/alcool


48 Boulevard Serurier, 75019  Paris

©2020 par Dr Benjamin Landman. Service de pédopsychiatrie, CHU Robert Debré.